Partons à la conquête d’Artias!

Général - Patrimoine Le 18 avril 2016 0

Je vous propose un voyage dans les temps moyenâgeux de notre territoire…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Hissé à 723 mètres d’altitude, sur les contreforts de la vallée de la Loire, le château millénaire domine Chamalières et Retournac.

Il faut emprunter une petite route depuis le centre-ville de Retournac pour y accéder. Le site se dévoile petit à petit en suivant les méandres de la Loire avant d’apparaître comme majestueux.

Les derniers mètres se font à pied et sont l’occasion de s’imaginer être un chevalier ou une princesse rejoignant son castel…

 

 

 

Et nous voilà accueillis par M. Francis Deltour! Véritable passionné des lieux, il participe à la promotion du site  qu’ex Président des BD médiévales d’Artias et nouveau président de l’Association VALPARURE.

Il a une vraie âme d’Ambassadeur et représente les quelques 80 membres actifs de l’association.

Le point de vue sur la vallée est à couper le souffle ! C’est une véritable invitation à replonger au Moyen Age ! Découverte….

 

 

 

 

Un peu d’histoire

L’origine du nom d’Artias est indécise. Le nom latin serait ARTICA ou ARYISAE et pourrait provenir d’ARX signifiant forteresse ou alors d’ARTAIUS, une divinité secondaire.

La création du château remonte à la nuit des temps. Les premiers seigneurs d’Artias sont connus depuis l’an 986, correspondant au règne d’Hugues Capet, roi de France. La forteresse a connu toutes les péripéties du Moyen-Age et de nombreuses familles se sont succédées : ROCHE, LEVIS, POLIGNAC, CHALANCON, DE VAUX.

Artias était un mandement, que l’on appellerait aujourd’hui centre de perception. La recette des tailles et l’assiette des impôts y étaient perçues. Un officier du Seigneur restait sur les lieux et rendait la justice. Après la Révolution, le château fut démantelé et les carriers ont récupéré cette matière première bon marché.

 

 

 

 

 

 

Plusieurs campagnes de fouilles archéologiques et de recherches historiques ont été entreprises depuis 1973. Ce travail important a permis de mieux comprendre l’histoire du site, mais surtout de le partager avec le plus grand nombre. Plus de 5000 pièces de poterie et 300 outils ont été classés et répertoriés.

Le site comprend encore aujourd’hui de nombreux vestiges et ne manque pas d’attrait pour les nombreux touristes venant découvrir le site !!!

Les légendes d’Artias !

Un château, qui plus est moyenâgeux, se doit d’avoir ses légendes. Artias ne déroge pas à la règle !

 

 

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Dame Blanche hante encore les vestiges du château. On lui prêterait le nom de Marguerite. Il pourrait s’agir de la sœur de François Ier, qualifiée de Marguerite des Marguerites, ou plus probablement la fille d’Henri II, appelée familièrement Margot par Charles IX. Cette dernière hypothèse est plus probable car l’on sait qu’elle fut exilée à Usson en Auvergne.

En février de l’an 1484, une légende plus sinistre plane encore…. Le baron de Roche en Regnier, Truchard du Moulin le Grand Batard de Bourbon ordonne de jeter du haut d’Artias, dans la Loire, Jean Berry en qualité de mauvais conseiller de son père le Duc Jean de Bourbon.

 

 

 

 

La Chapelle dédiée à Saint Denis

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au Moyen-Age la religion tenait une place très importante et chaque château se devait d’avoir sa chapelle.
Chaque année, une foire prenait place au pied du château et rassemblait beaucoup de monde le jour de la Saint-Denis, le 9 octobre.

De style Roman, la chapelle date de la seconde moitié du XII siècle et comporte des colonnettes, chapiteaux, arcs de décharge et un campanile. Après la Révolution, elle tomba en désolation et les ravages du temps firent leur effet. La porte d’entrée fut refaite au XVIIème siècle.

 

 

 

 

La chapelle est un élément important du site et le campanile restant nécessitent des travaux de restauration urgents, un dossier difficile qui est mené avec les pouvoirs publics…

 

 

 

Une association dynamique !

Les amis d’Artias réalisent un travail important de préservation d’embellissement du site et le restaurent patiemment depuis plus de 40 ans. Leurs actions se déclinent en deux grands thèmes : la préservation du site et l’accueil des visiteurs.

Le site est ouvert aux curieux et ils pourront découvrir dans la maison d’accueil, une ancienne maison du village, de nombreux objets issus des campagnes de fouilles : monnaies, poteries, ossements ou encore pointes de flèches. Elle abrite également une mise en scène de costumes traditionnels et d’anciens outils utilisés pour le travail de la terre.

 

 

Un jardin botanique a été recréé et abrite des plantes médicinales !

 

 

 

La découverte du site peut être réalisée toute l’année. Les curieux auront la possibilité de suivre les panneaux thématiques réalisant des focus pour chaque zone importante du site.

 

L’association propose également des visites commentées et guidées durant la période estivale. Le théâtre de verdure est alors l’endroit propice pour débuter une grande chasse aux trésors avec les plus jeunes ou encore d’écouter un concert en plein air !

 

Une vraie dynamique est en place et a pour volonté d’impliquer les jeunes. Un chantier de jeunes est mis en place régulièrement les étés sur la base du volontariat. Cela permet de défricher, réhabiliter le site ou encore reconstruire des murets de pierres sèches. Cela se passe toujours dans la bonne humeur et donne un sens au travail accompli !

 

Visiter Artias, c’est s’offrir un bon dans la passé, un voyage dans le temps, un retour  à son enfance  et laisser libre cours au merveilleux monde de l’imaginaire !

 

Sylvain Goudard

Ajouter un avis